Bienvenue sur Gla gla Plongée, le blog de Pascal Leroy, une histoire de voyage de plongée sous glace dans le lac Baïkal

leroypascal@hotmail.com
Recent Tweets @pascalleroy

Comment bien clôturer l’année 2012 et démarrer 2013 ? Retrouvailles avec Alban et les partenaires du projet Wi.D.E Greenland pour présenter les premières images du film. Un beau week-end qui me permet de renouer avec la plongée sous glace… à Tignes cette fois.

Voici la bande annonce de “Voyage au coeur des glaces”, le film réalisé par Thierry Robert et toute l’équipe du 5ème Rêve sur l’aventure d’Alban Michon et de Vincent Berthet. Diffusion dans quelques mois sur Thalassa…

Ca donne envie quand même…

Wi.D.E Exploration : retrouvez le projet sur le site

Alban Michon et Vincent Berthet sont partis au Groënland et ont débuté leur expédition. Leur mission : partager avec les générations futures des témoignages de la vie sous les glaces du Groenland, et provoquer une prise de conscience. Alban et Vincent remontent seuls et en kayaks 850 km de côtes du Groënland à contre vents et contre courants. Il effectueront une trentaine de plongées dans une région quasi inexplorée.

Durant les premiers et les derniers jours de l’expédition, une équipe de tournage un peu givrée, dirigée par le réalisateur Thierry Robert (Production Le cinquième rêve) mettra en boîte leurs moments les plus fous, leurs rencontres les plus inattendues, leurs exploits et leurs difficultés.
Un film, VOYAGE AU COEUR DES GLACES sera tourné, que l’on découvrira en prime time sur nos petits écrans en 2013 avec un film de 110 minutes diffusé dans l’émission Thalassa sur France 3.

Découvrez et suivez le projet : Site Wide-exploration

(J’ai l’honneur de coordonner la communication du projet)

W.i.D.E. Greenland project : un nouveau projet ambitieu de notre ami Alban Michon

Alban part en août pour près de 3 mois avec Vincent Berthet en kayak au Groenland. Le projet W.i.D.E (Wilderness Diving Eploration) est né. J’ai l’honneur de coordonner la communication du projet. Vous voulez en savoir plus ? Devenez Fan sur Facebook ( Wide Project Fan Page )

Voici le descriptif du projet : “Cette expédition polaire de plongée sous glace menée par deux aventuriers va évoluer sur la côte Est Groenlandaise.

A bord de kayaks de mer équipés de voiles, partira d’Ittoqqortoormiit (70° Nord) et a pour destination finale Tasiilaq ( 65 ° Nord). Le départ est prévu début Août 2012, pour une expédition de 2 mois et demi.

Les protagonistes : Alban Michon (34 ans, chef plongeur de Under The Pole) Vincent Berthet (31 ans, caméraman aventurier, qui était le caméraman terrestre de Under The Pole, ainsi que second caméraman sur La Voie du Pôle).

Un voyage à la rencontre du peuple Inuit, une aventure humaine intense, des plongées spectaculaires sous les glaces d’une zone jusque-là inexplorée, à la découverte des grands mammifères marins polaires, de toute une faune et flore sous-marine méconnue.

Au fil d’un périple de plus en plus éprouvant, l’hiver s’installe et les conditions météo se dégradent très vite. Les températures chutent à -30°c ! Le fameux Pitterak, vent catabatique qui descend de l’Inlandsis, frôle les 200 km/h.

Sous les aurores boréales, ils atteignent Tasiilaq, petite communauté Inuit, sur le point d’entrer dans la longue nuit polaire.”

Dernières photos de plongée sous glace dans le lac Baïkal

Voici les dernières photos prises sous la glace lors de notre séjour en Sibérie.

Ce voyage aura été très riche pour toute l’équipe, il est très difficile de trouver les mots justes pour le décrire (comme tout voyage d’ambiance à vrai dire). Merci à tous ceux qui ont contribué à l’organiser et à en faire une merveilleuse expérience. Alban Michon, notre guide célébrissime dans le milieu de la plongée, l’équipe d’Aqua Eco - les plongeurs professionnels russes qui nous accueillaient, et notamment Andrey et Mickhael -, l’agence spécialisée suisse Abyssworld qui a tout piloté, et bien sûr toute l’équipe pour l’entente et l’entraide précieuse.

Nous réaliserons et diffuserons prochainement un montage des films que nous avons pris sur place. A suivre…

Sur ces photos :

Nos amis russes nous aident à nous équiper et dégelent nos détendeurs et gilets stabilisateurs avant de la mise à l’eau. La méthode est rudimentaire (eau chaude), mais il n’en existe pas d’autre.

Insolite. Alors qu’Alban (Michon) est dans l’eau, une voiture de pêcheurs dernier cri s’arrête pour nous regarder. Il faut dire que les plongeurs ne sont pas très nombreux en cette saison…

A certains endroits, la glace est tellement lisse et transparente, que l’on voit très bien ceux qui sont restés à la surface.

[Retrouvez l’intégralité des photos dans le menu “Plongées sous glace 2/2” dans le menu à droite votre écran]

Première série de photos de plongée sous glace !

La plongée sous glace selon le photographe Mathieu Foulquié

Le biologiste - photographe Mathieu Foulquié rapporte une série de photos incroyables de nos plongées sous glace en Sibérie.

On nous demande souvent au retour : “Mais qu’y a t-il à voir sous la glace ?”. Il y a une multitude de réponses.

Pour les amateurs de biologie sous-marine et de détails, il y a des espèces endémiques. Pour d’autres, il y a la magie de l’apesanteur. Mais il y a toujours la fascination de la plongée sous glace : la poésie des rayons de lumière, une ambiance mystérieuse, la variété des paysages sous glace (la glace change d’aspect en fonction de l’endroit, de la “plaque’ sous laquelle on se trouve), les ondulations de la glace…

Sur ces photos, Andrey marche à l’envers sous la glace. J’ai testé pour vous. ca paraît simple, mais c’est plus technique qu’il n’y paraît. C’est en marchant sous glace la première fois que ma combinaison a commencé à fuir (l’eau entrait pas le bas, c’est à dire par le col…).

Pour marcher sous glace, plusieurs techniques existent. Voici ce que je recommande (sur les conseils d’Alban).

  • Se situer près de la surface (près de la glace), avec peu ou pas d’air dans son gilet et sa combinaison ;
  • Basculer en faisant une roulade avant (en arrière, c’est beaucoup plus dur, et puis on est obligé de faire des mouvements de mouliné en arrière avec les bras, peu avantageux sous l’eau…) ;
  • Dès que les pieds / palmes touchent la glace, injecter de l’air dans sa combinaison. L’air se stocke en haut (dans les pieds / bottes) et vous aident à vous maintenir bien droit ;
  • On peut marcher après en faisant de petites enjambées. Si on est très à l’aide, on peut aussi être plus ambitieux et progresser en faisant des bons. On se prend alors pour Neil Armstrong et a alors vraiment l’impression de marcher sur la Lune… Pour moi, c’est à ce moment que l’eau a commencé à entrer dans ma combinaison dans un volume plus important…

[Retrouvez plus de photos dans le menu à droite “Photos Plongées 1”]

Se préparer à plonger sous glace

Alban (Michon) se prépare à plonger

Se préparer à plonger sous glace

Alban (Michon) se prépare à plonger

Etape n° 1 : se préparer à plonger sous glace

Dans la tente montée juste à côté du trou fait dans la glace, Serge (à gauche), Pascal (qui s’habille) et Thibault (toujours de bonne humeur) se préparent à plonger. Un petit brûleur (en bas à gauche de la photo) permet de faire remonter sensiblement la température. Nous portons tous plusieurs couches de vêtements sous les combinaisons (réputées étanches…), puis une combi intégrale en polaire pour nous isoler du froid.

Horreur en ce qui me concerne, ma combi étanche a fui pendant les 3 premières plongées. Frissons garantis à la remontée !

Etape n°2 : se préparer à se mettre à l’eau

Une fois équipés pour plonger sous la glace (nous nous entre-aidons avant la mise à l’eau à cause du poids de l’équipement), le risque est de voir ses équipements (détendeur, direct system…) givrer. Si cela survient (j’ai testé pour vous pour les deux cas), il faut garder son calme et remonter se faire “dégivrer” l’équipement avant de pouvoir redescendre.

Sur cette photo, on verse de l’eau très chaude sur les équipements quelques secondes avant de se mettre à l’eau pour éviter justement le givrage [pour les non plongeurs, un détendeur qui givre délivre de l’air en débit continu, c’est à dire qu’il rejette continuellement et rapidement de l’air provenant de la bouteille. Pas de risque a priori puisqu’on peut toujours respirer - mais plus difficilement -, il faut cependant remonter pour éviter que la bouteille d’air comprimé ne se vide et poursuivre sa plongée sereinement.

Etape n° 3 : ne pas oublier la ligne de vie

Je m’apprête à être relié aux autres plongeurs attachés, après m’être fait copieusement arroser d’eau chaude. Ces Russes sont décidément prévenants.

Etape n° 4 : se mettre à l’eau

Christophe est déjà à l’eau (avec sa caméra Go Pro sur la tête), je m’apprête à le suivre.

Etape 5 : gérer la plongée

Un de nos amis russes reste en permanence en contact avec nous avec la ligne de vie.

A certains endroits, la glace est tellement transparente que l’on peut voir les plongeurs (ici : Thibault)

Etape n° 6 : savoir de réchauffer après la plongée sous glace

Andrey fête notre retour avec quelques verres de vodka (de marque “Baïkal” s’il vous plaît. Un vodka écologique paraît-il). Nous pouvons aussi déguster de la charcuterie sibérienne, et manger des morceaux entiers de gras. Hummm :-)

[Retrouvez l’intégralité des photos dans la rubrique “Les Plongées, Avant, Après”, dans le menu à droite de cette page]

Photos de la vie sur place…

Voici les datchas dans lesquelles nous avons séjourné. En bas à droite… les toilettes (sans eau). Inutile de dire qu’on n’y allait pas avec un journal… Une expérience inoubliable.

En Sibérie, tout est un peu extrême. Extrêmement froid dehors, et extrêmement chaud en rentrant. Sylvain Tesson montre très bien dans son film comment aller au Banya et ce qui s’y passe, douche avec bassine comprise. Pour le reste, c’est comme un sauna, mais en plus chaud (100°C). Tellement chaud, même, qu’on est obligé de porter un chapeau pour se protéger. Effet garanti !

On peut aussi demander à un de nos co-équipiers russes de nous fouetter avec des feuilles de boulot chaudes (très chaudes). On entend alors de curieux cris étouffés… Après quelques minutes, on est obligé de sortir “prendre l’air” pour se refroidir les idées. Les corps sont alors fumants. Très pittoresque ! A ne pas manquer lors d’une prochaine visite en Sibérie.

[Retrouvez toutes les photos de la vie sur place dans le menu en haut à droite “Photos de la vie sur place”]

Avec les Russes, les Esquimaux n’ont qu’à bien se tenir…

Avec les Russes, les Esquimaux n’ont qu’à bien se tenir…

La méthode du trou dans la glace

Pas si simple d’aller plonger sous la glace quand l’épaisseur et de 1,40 mètres…

  • Avec un pique ? Trop long.
  • Avec une scie ? Ca peut se faire, c’est très écologique. Mais c’est aussi très, très long.
  • Alors ?

Voici la recette du ** trou dans la glace**. Ca paraît compliqué au début, mais c’est très efficace.

1. Prenez une équipe solide

A gauche, Andrey (pieux) et Michael (vilebrequin grand format)

2. Trouvez le bon endroit

Ca paraît stupide au départ. On n’y comprend pas grand’ chose, même. Les Russes regardent au travers de la glace en se collant la tête dessus et voient des choses que nous ne voyons visiblement pas. Un peu comme si nous regardions dans une boule de cristal et que nous nous demandions “mais qu’il y a à voir ?”.

3. Faire une carotte

Cet exercice est assez physique (j’ai testé pour vous)

4. Sonder la profondeur avec un fil et un plomb

On mesure la profondeur en comptant le nombre de mètres lorsqu’on remonte le bout. Il fallait y penser.

5. Prenez une tronçonneuse et faites 2 ” V “

Je crois que c’est clair.

6. Faites de petits cubes entre les 2 V et taillez les en pièces

Pascal, Christophe et Alban s’en donnent à coeur joie.

7. La finition : prenez un gars bien lourd, et faites le sauter quand les 2 autres tapent avec un pieu

Ca, c’est mon étape préférée. Reste à la fin le bloc qui flotte et qui nous empêche toujours de plonger. Beaucoup trop lourd pour le sortir de l’eau. Alors ?

8. Faites disparaître le bloc sous la glace en le poussant

Il fallait y penser…Assez physique également. En général, c’est là qu’on tombe à l’eau.

9. Préparez la première palanquée

Effet d’optique, la glace n’a pas l’air épaisse. Et pourtant, elle supporte sans problème le passage d’une camionnette chargée et mesure jusque 1.40 mètres. Alban et Mathieu s’apprêtent à plonger sous la glace.

10. Pensez à bien baliser le trou après la plongée pour les voitures qui passent

Au fond de cette photo, un détail…

Pascal, Alban et Christophe s’apprêtent à se faire tirer sur la glace par la camionnette en s’accrochant à l’armature de la tente… Bientôt live sur la video des plongées (à venir)

[Retrouvez l’intégralité de ce post dans la rubrique “Faire un trou dans la glace” dans le menu en haut à droite]

Des horizons lointains…

Cette photo est une de mes préférées. Ce ponton est celui du deuxième village dans lequel nous avons séjourné. Ca fait un peu penser à une ancienne pub “Pacific”, non ? Il manque un détail quand même…

La route continue. Les autorités russes ont balisé une route à double sens (2 X 3 voies au moins) avec panneaux de signalisation et limitation de vitesse…

Les voitures doivent être espacées de 200 m au moins pour des raisons de sécurité. L’usage veut que les portes ne soient pas vérouillées et les ceintures non bouclées. Et puis interdiction de s’arrêter sur la route, c’est écrit (un rapport avec les distance de freinage peut-être ?)

Nous sommes doublés par un camion de pêcheurs

Lorsque les plaques de glace s’entrechoquent, des dalles de glaces surgissent. Elles sont transparentes et lisses comme du verre.

Un obstacle à connaître absolument

Lors de la recherche du site de notre première plongée, notre équipe russe s’arrête brusquement devant cette longue fissure. C’est une crevasse, l’épaisseur est extrêmement fine, et la glace craque fortement sous nos pieds quand on marche dessus

Christophe et Pascal

Pascal (CH) et Pascal (FR) sur les bords du lac

De gauche à droite : Pascal, Christophe, Alban et Mathieu

Le lac vu du haut d’un pic. Le lieu est particulier car il s’agit d’un “haut lieu” (justement) du chamanisme. On trouve tout au long du pic sur lequel on se trouve de curieuses inscriptions et de petits morceaux de tissus disposés un peu partout.

[Retrouvez plus de photos dans le menu “Le Lac et les Paysages” dans le menu en haut à gauche de cette page]

Le lac Baïkal

Les ports offrent un visage surprenant…

Sur la route Irkoutsk - Lac Baikal

(au total, nous ferons plus de 1000 kms en voiture depuis notre arrivée)

Le lac Baïkal

Voici le deuxième village dans lequel nous avons séjourné. Un site magnifique où le temps semble figé

La Glace…

La glace du lac laisse apparaître des milliers de fissures. La glace est en fait “vivante” ; les plaques s’entrechoquent avec des bruits surprenants. Des fissures apparaissent au gré des variations climatiques.

Tantôt claire, tantôt obscure, la glace est à certains endroits transparente comme du verre. Les fissures sont alors encore plus visibles

Premier trou creusé par l’équipe ! Mais çà, c’est une autre histoire…

[Retrouvez plus de photos dans la rubrique “La Sibérie, paysages et villages” dans le menu à droite]